Un trajet

L’association de la lysimaque s’est créée en 1982 afin d’éditer des textes en attente. L’appellation est due à Bernard This qui voyait pousser des lysimaques, les fleurs, dans son jardin. L’intérêt à l’époque était aussi d’assurer le « combat de la dissolution », la dissolution de l’École freudienne de Paris par Lacan. Depuis je préfère « la dissolution du combat », puisque la composition de ce mot grec permet de le lire dans les deux sens. Actuellement, un jeu s’opère régulièrement entre le nom commun de la lysimaque et Lysimaque, un nom propre assez couru en Grèce ancienne et en Macédoine.

Longtemps accotée à l’École de la Cause freudienne (jusqu’en 1991), la lysimaque a publié les Cahiers de lectures freudiennes de 1982 à 1998, en deux séries (une troisième se met en place). Elle a aussi publié La lettre de Topologie, et l’Anatife, sans parler d’autres ouvrages.

*

Comme association de psychanalyse « en extension » (la lysimaque n’a pas vocation de participer à la formation « en intension » de psychanalystes), la lysimaque s’occupe de publications et de colloques, conférences,… Elle a aussi réalisé des sessions de formation théorique à la psychanalyse pendant plusieurs années.

Depuis 1989 elle organise (au début en association en particulier avec le Groupe de recherches en topologie clinique de Jean-Paul Gilson et du regretté Hervé Coster, et Topologie en extension de Jean-Michel Vappereau) des conférences : sur la topologie d’abord, puis s’y sont adjointes d’abord des conférences de criminologie (à l’initiative de Pierre Smet), poussées aujourd’hui jusqu’au droit et à la politique (conférences dites de nomologie), des conférences de logique (dites de « logotopie » selon une expression due à René Guitart), des conférences de philosophie (dites, par un lapsus maintenu, de « nomotopie »).

*

On trouvera dans ce site les traces et les annonces de l’activité de la lysimaque :

— ses publications,

— ses conférences et colloques,

— des textes qui émaillent son parcours.

Assurément l’histoire de la lysimaque reste à faire. Cela viendra en son temps. Mais la lysimaque est prise dans l’actualité et, pour l’heure, il s’agit de construire un Fonds International Lysimaque d’Investissement de l’Analyse Engagée (FILIAE, pour souscrire à la philia et rappeler une part de transmission transitant par les filles tant pour Freud que pour Lacan). On trouvera ici, au-delà du trajet qui conduit à une théorie de la récursivité fondant la psychanalyse, le fonds de ce que peut être une praxis aussi politique de la psychanalyse.

René Lew

Le 4 octobre 2012